Jet Set Party

Il remugle en ce lieu des relents de latrines
Et de rires cravants ainsi que des bernaches
Il paraît que ce soir descendra Proserpine
Mais qui a dit vains dieux revoilà la ganache

J’ai du blé qui en veut à m’en crever les fouilles
Les barons et les cloches drainent leurs héroïnes
Le demi-monde s’amuse et ça pue la magouille
Allez c’est ma tournée j’offre la cocaïne  

On laisse aller l’ivresse Satan brouille les cartes
Les jeunesses se cambrent les vieux sont au spectacle
Et bavent leurs distillats quand un repli s’écarte
Leurs gueules de satyres comme des réceptacles

Les vicomtesses jappent et piaillent et criaillent
Elles ont la grâce altière la cuisse madrilène
La joue enrubannée de ridules en pagaille
Eh qui connaît vraiment l’âge du capitaine

Les rombières se pâment au plein-jeu de mes rimes
Elles grésillent en sous-main des rires de catacombe
Et moi que voulez-vous baiser n’est pas un crime
Leurs charmes nécrophiles valent qu’on y succombe

On laisse aller l’ivresse Satan brouille les cartes
Les jeunesses se cambrent les vieux sont au spectacle
Et bavent leurs distillats quand un repli s’écarte
Leurs gueules de satyres comme des réceptacles

Les mots ce sont des chiens que je dresse à la botte
Qu’ils m’implorent et me prient jusqu’à Rocamadour
Avec le pied au cul j’alterne la carotte
Tant si bien qu’à la fin le verbe s’énamoure

Et quand lassé de plaire de mendier mes caresses
Tandis que les pochardes s’encroûtent les ovaires
Enfui en tapinois je cède à la paresse
Accroupi sous la table en pourléchant les verres

 On laisse aller l’ivresse Satan brouille les cartes
Les jeunesses se cambrent les vieux sont au spectacle
Et bavent leurs distillats quand un repli s’écarte
Leurs gueules de satyres comme des réceptacles

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×