Margaret MacDonald Mackintosh

Opera of the winds (1903)

Des lignes tout en finesse et en courbes. De l'or pour cet opéra des vents dont la musique est portée par des cordes qui se mêlent aux sihouettes. Un couple qui se fonde en un seul corps. Des figures féminines gracieuses et radieuses - des choeurs ?
La sérénité d'une icône, son mystère en même temps et le hiératisme des figures...

 

Opera of the seas (1903)

Plus inquiétant que le précédent cet opéra semble grinçant avec ses lignes en ondes rapprochées. Il mélange légèreté et finesse avec des figures plus bouffies voire vulgaires, des figures angoissées et d'autre(s) éteinte(s) gisant au fond. Il me fait l'effet d'une radio qu'on ne parviendrait pas à régler, laissant surgir des instants de beauté, de grésillements, de pesanteur, d'élan ou d'appréhension.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×